ja_mageia


Vous bénéficierez de soins de qualité et à des prix ultra compétitifs.
  • Increase font size
  • Decrease font size
  • Default font size
Suites postopératoires PDF Imprimer Envoyer

Suites postopératoires immédiates :

Un traitement antalgique et anti-inflammatoire sera prescrit pendant les 2 ou 3 jours qui suivent.

De même on conseillera au patient de faire les premiers shampooings dès le lendemain de l'intervention en évitant de frotter, les premiers jours, les zones greffées. C'est le meilleur des antibiotiques. Il utilisera de préférence des shampooings "doux".

Evolution :

De petites croûtes apparaissent dès le 3e jour pour durer environ 8 à 15 jours. Elles finissent par tomber au bout d'une semaine, aidées par les douches quotidiennes, entraînant avec elles la tige du cheveu greffé.
La chute de ce cheveu inquiète toujours le patient qui suit de façon très attentive l'évolution. Il devra être rassuré et prévenu avant l'intervention, car ce qui importe est la greffe du bulbe capillaire: en effet celle-ci est très rapide et fournira un cheveu en quelques heures. Ce phénomène normal ne doit pas être assimilé à la perte définitive du greffon.

La repousse s'effectue dès le 15e jour et se poursuit jusqu'au 6e mois. Chaque cheveu poussera à son rythme, de façon indépendante et sans aucun synchronisme. Une visite de contrôle est toujours nécessaire au 15e jour, puis au 3-4 mois et au 6e mois pour le résultat définitif.

Pour améliorer la pousse :

L’alimentation est primordiale pour une bonne pousse des cheveux. Voici quelques éléments à prendre en compte.

Vitamines :

manganèse protège la vitamine C, les vitamines B 1 et B 8 d'une destruction trop rapide. Il améliore également la qualité des membranes des capillaires artériels et veineux et permet de lutter contre toute sclérose vasculaire. Il s'associe au zinc dans l'élaboration des hormones sexuelles. Certains auteurs lui reconnaissent un pouvoir d'intervention dans les troubles de la libido. On fera appel, pour les 5 mg utiles chaque jour, aux céréales complètes, aux légumes à feuilles vertes ou aux noix.

LA VITAMINE B 1 OU THIAMINE

Cette vitamine a entre autre, une action anti dépressive et facilite la transformation des hydrates de carbone en énergie . Elle sera donc très utile dans les alopécies d'origine psychique par son effet relaxant général et dynamisant au niveau du bulbe. On la trouve dans les germes de blé, les céréales et les levures ainsi que dans les produits laitiers et le jaune d' neuf. La quantité recommandée et facile à obtenir est de 2 mg par jour.

LA VITAMINE B 2 OU RIBOFLAVINE

Elle intervient par une action proche de celle d'un enzyme dans le métabolisme de l'ensemble de nos nutriments. Elle est de ce fait indispensable à tous les tissus en voie de croissance, de régénération ou de cicatrisation. Elle régule par ailleurs la sécrétion de sébum et apaise la production de pellicules. Nous avons besoin de 2 mg par jour et nous les trouvons dans le foie, les céréales (utilisées pour le petit déjeuner), les produits laitiers et les feuilles vertes des végétaux.

LA VITAMINE B 3 OU PP (acide nicotinique)
 
Elle favorise la synthèse des hormones sexuelles et thyroïdiennes et par ses propriétés vaso dilatatrices, améliore la nutrition de tous les tissus, en faisant au passage baisser le cholestérol par stimulation des protéines qui sont chargées de l'éliminer (les HDL ou bon cholestérol). On trouve les 10 grammes dont nous avons besoin dans le foie, les céréales, les poissons et viandes et les fruits secs.

LA VITAMINE B 5 OU ACIDE PANTOTHENIQUE

Elle améliore la digestion, augmente la résistance au stress et à la fatigue, relance le système immunitaire prévient la chute des cheveux par un mécanisme non encore parfaitement élucidé, en association avec la vitamine B 8 ou biotine. On la trouve en grande quantité dans la gelée royale, les produits laitiers, les céréales germées et les champignons qui en contiennent pour 100 grammes le tiers de la dose quotidienne, soit 3 mg.

LA VITAMINE B 6 OU PYRIDOXINE

La pousse ou la repousse du cheveu lui est indifférente. Elle se contente de gérer le magnésium apporté par l'alimentation et introduit de la bonne humeur dans les relations humaines. Le lait maternel en contient beaucoup ainsi que les légumes verts, les fruits, le poisson et les neufs. Deux milligrammes par jour, pris régulièrement suffisent à modifier le comportement des gens tristes, dans un nombre élevé de cas.

LA VITAMINE B 8 OU BIOTYPE

L'expérience a prouvé qu'elle empêchait le grisonnement des cheveux, leur chute précoce et régulait la sécrétion de sébum. Elle est donc toujours associée à la vitamine B5 dont les propriétés sont à peu près identiques. Le foie en contient beaucoup ainsi que les produits lactés et la cacahuète.

LA VITAMINE A

Sa carence accélère la kératinisation des cellules de la racine du cheveu sous forme de blocs de corne, qui obstruent le pores et asphyxient le follicule. Les glandes sébacées s'atrophient et le cheveu mal protégé devient cassant et a tendance à tomber prématurément. La vitamine A qui est liposoluble, se trouve dans le foie des poissons, les produits laitiers et le jaune d'oeuf ou sous forme de pro vitamine A ou Beta carotene dans tous les fruits et légumes colorés.

LA VITAMINE E

Elle est connue pour ses propriétés anti oxydantes. Elle permet donc à toutes les graisses insaturées qui parcourent notre organisme de ne pas être saturées et de ne pas scléroser nos vaisseaux. On dit d'elle qu'elle protège le cuir chevelu très riche en glandes sébacées et qu'elle l'empêche de "rancir". Elles est présente dans toutes les huiles de première pression à froid et dans les poissons gras des mers froides. La consommation régulière de germes de céréales, d'oeufs, de viande, de lait, de haricots, d'épinards, d'oranges ou de choux, dans le cadre d'un réglage alimentaire surveillé a souvent permis une repousse plus rapide des cheveux dans les pelades ou les alopécies aigues ainsi qu'un ralentissement de la chute, fortement apprécié, dans les calvities androgénétiques, sans qu'il soit nécessaire de recourir à des produits pharmaceutiques non naturels.

Oligoéléments :

Les oligoéléments sont des substances indispensables parce qu'elles permettent à notre organisme de réaliser toutes les transformations biochimiques dont nos tissus ont besoin. Ils interviennent par leur masse comme le calcium, le phosphore, le fer ou le magnésium parce qu'ils font partie de la constitution même de nos tissus. D'autres en microdoses ont pour seul rôle de stimuler les enzymes pour leur permettre de faire leurs transformations dans des conditions rapides et précises et de faire passer d'un état à un autre les différents nutriments qui circulent. Le bulbe pilaire pour assurer son travail de création du cheveu exige un certain nombre d'oligoéléments qui sont fournis par une alimentation variée dont nous allons voir les différentes phases.

LE ZINC

Le zinc intervient dans la formation à partir du cholestérol des hormones sexuelles dont on sait l'influence sur le bulbe lui même, les glandes sébacées et l'organisation des cycles pilaires. Il permettra ainsi aux hormones femelles chez l'homme comme chez la femme, de contrebalancer un excès d'hormone mâle responsable pour partie de la calvitie andro-génétique. Il est lié au métabolisme de la vitamine A ; intervient dans la perméabilité des membranes cellulaires et accélère de façon sensible l'édification des protéines à partir des acides aminés apportés par l'alimentation. Il possède encore une activité antioxydante et facilite la lutte contre le vieillissement de l'organisme comme des bulbes pileux, tout en stimulant le système immunitaire. Une carence en zinc est donc une catastrophe pour le cheveu ; cette carence est facilitée par le stress, l'alcool, une transpiration exagérée non compensée, un régime trop riche en fibres. L'alimentation nous en fournit à travers la viande de cheval, le foie de tous les animaux, le jambon, tous les fruits de mer, les amandes, les haricots, les céréales germées, la levure de bière et les noix. Il en faut de 10 à 15 mg par jour et il semble utile d'ajouter à l'alimentation, toutes les fois que la densité des cheveux se modifie, des ampoules ou des gelules de gluconate de zinc.

LE CUIVRE

Le cuivre a un effet asti?infectieux et permet à notre organisme de mieux se défendre contre toutes les attaques microbiennes, et de supprimer, presqu'aussi bien que les antibiotiques, les nids de microbes qui entourent les racines des cheveux soit trop secs soit trop gras. Il intervient également dans la qualité de la kératine en permettant, au moment de sa formation, une meilleure oxygénation de la molécule. On lui reconnaît encore une action dans les rhumatismes d'où la coutume de porter des bracelets en cuivre pour se protéger contre les poussées arthrosiques. On en trouve dans les champignons, les noix, le foie, les algues, les moules, les légumes secs, les noix et les crustacés. Deux milligrammes par jour suffisent à couvrir nos besoins.

LE MANGANESE

Le manganèse protège la vitamine C, les vitamines B 1 et B 8 d'une destruction trop rapide. Il améliore également la qualité des membranes des capillaires artériels et veineux et permet de lutter contre toute sclérose vasculaire. Il s'associe au zinc dans l'élaboration des hormones sexuelles. Certains auteurs lui reconnaissent un pouvoir d'intervention dans les troubles de la libido. On fera appel, pour les 5 mg utiles chaque jour, aux céréales complètes, aux légumes à feuilles vertes ou aux noix.
 

LE FER

L'hémoglobine des globules rouges a besoin du fer pour transporter de l'oxygène dans les parties les plus reculées de notre organisme et leur permettre de "respirer", de cicatriser, de croître et de se développer. Il possède en plus un rôle anti-radicaux libres et aide à la lutte contre le vieillissement. Il est donc nécessaire au bulbe pilaire qui lui doit son dynamisme. Le fer, par chance, est largement répandu dans la nature et les 8 à 10 grammes qui correspondent à nos besoins seront apportés par des aliments d'origine animale comme le jaune d'oeuf, les viandes, le foie, les abâts et les huitres ou par des végétaux comme le persil, les fruits secs, le pain, le cacao, les lentilles, les pois secs, la farine de soja et les épinards, sans oublier le vin qui en contient une moyenne de 10 mg par litre, quelle que soit sa provenance. Rappelons que ce dernier pris à doses modérées ne présente pas de danger pour l'organisme, et lui permet même de mieux lutter contre les radicaux libres accusés d'accélérer le vieillissement des tissus, par sa richesse en "polyphénols" redécouverts par les scientifiques à la suite de statistiques qui ont montré que la France battait pratiquement le record mondial de la longévité.
 

LE CALCIUM ET LE MAGNESIUM

Le calcium ne se contente pas de reminéraliser notre squelette osseux. Il calme notre système nerveux, en association avec le magnésium et améliore la qualité des contractions de notre coeur, donc la nutrition générale . Il aide donc le cheveu de façon indirecte par son rôle sédatif et antispasmodique et est porteur de sérénité. L'organisme a besoin de 800 mg de calcium par jour et de 300 mg de magnésium qui seront trouvés pour le calcium dans les produits laitiers, les neufs, les fruits secs, le chocolat, les haricots, le persil, les carottes et les épinards mais aussi dans certaines eaux minérales, comme Vittel, Hépar, Contrexéville ou Badoit et pour le magnésium dans les poissons, les coquillages, le chocolat, les germes de blé et de soja, les amandes et les noix.
 

LE SOUFRE

Le soufre est connu pour ses propriétés antiinfectieuses. De nombreuses stations thermales "sulfurées" offrent à leurs clients, chaque année, des soins pour affections de la peau et des phanères dont les cheveux font partie ou pour des tions récidivantes pulmonaires, rhumatismales ou autre. Notre organisme est très friand de soufre qu'il retrouve dans certains acides aminés indispensables, parce que l'atome de soufre constitue une liaison indispensable entre les fibres de kératine qui constituent le cheveu. C'est le soufre qui donne à la tige, son élasticité, sa souplesse et son soyeux, tout en la protégeant des germes et des champignons qui pullulent dès que le cheveu perd ses capacités naturelles de défense. D'ou l'intérêt d'une alimentation riche en protéines porteuses d'acides aminés soufrés (poisson, neuf, viande) et en soufre minéral retrouvé dans les légumes à bulbe comme les oignons ou l'ail.

 

Contactez-nous







1.Appelez-nous au :

 
33 970 405 850
 

 (Fixe ou portable: gratuit)

 2.Par Skype
 pseudo: tourismemedical

3.Par email
4.Sur notre forum : 

S'enregistrer